inde

store mailing list contact myspace audio bio presskit archives


photo: Stephen Barker

 

Les Chauds Lapins, orchestrés par les New-Yorkais Kurt Hoffman et Meg Reichart se sont spécialisés dans le swing français des années 20 à 40. Le groupe réarrange des classiques de la chanson française trop longtemps restés dans l'oubli pour un ensemble composé d'instruments à cordes (banjo-ukulélés, guitare, trio à cordes) et d'instruments à vent, mêlant ainsi l'authenticité du jazz américain des premiers temps à la luxuriance des musiques de film de Bernard Hermann.

Avant de devenir des artistes de la chanson française, Meg Reichart était connue comme l'une des quatre membres du groupe Americana Les Roulettes Sisters, et Kurt Hoffman a été co-leader du groupe culte The Ordinaires, ainsi que sideman et arrangeur de groupes mythiques tels que They Might Be Giants, Frank Black et Jon Spencer Blues Explosion.
Les chansons de leur second album "Amourettes" ont à la fois un côté romantique et décalé, rétro et moderne, français et américain. Elles séduisent aussi bien les amateurs de jazz roots, de swing et de musiques de film des grands classiques du cinéma.

Comme tout chaud lapin qui se respecte et qui cherche à jouir de la vie - et y parvient!- "Amourettes" est le résultat de cette quête du plaisir.

Kurt et Meg ne sont pas français. Le fait qu'ils soient passés de l'art-rock américain et de l'americana au monde de la chanson française peut paraître étrange mais ça ne l'est pas tant que cela.

"Meg et moi, explique Kurt, avons chacun de notre côté passé beaucoup de temps à écouter la musique populaire américaine des années 20 à 40. La découverte de l'auteur-compositeur-interprète Charles Trenet a été pour nous deux un tournant. Trenet a parfaitement réussi à marier la chanson française et le swing américain. C'était comme ce rêve où l'on découvre la porte ouvrant sur la pièce cachée de notre appartement. Trenet a ouvert la voie de tout un univers parallèle fait de morceaux de jazz et de Tin Pan Alley…en français. Et, comme dans un rêve, lorsqu'on écoutait ses chansons, on se rendait compte qu'elles n'étaient pas ce qu'elles semblaient être à première vue."

"En le voyant chanter sur des vidéos, dit Meg, il a l'air tellement nonchalant. Et puis, lorsque l'on prête attention aux paroles, on constate à quel point elles sont formidables. Elles font l'effet d'une agréable surprise que l'on ne s'attendait pas à trouver là." La chanson qui s'intitule "Le Fils de la Femme Poisson" par exemple, se révèle être une ode à l'amour non réciproque entre une femme sans tête et son soupirant malheureux.

Trenet, qui était très proche de Jean Cocteau et de son cercle d'amis, a allié l'humour absurde, les jeux de mots et calembours surréalistes au swing américain en plein essor et au lyrisme des crooners napolitains.

"Trenet était l'artiste populaire par excellence, ajoute Kurt. Il était issu d'un milieu d'artistes et de cinéastes. Intelligent et lettré, ses livres étaient décalés et pleins d'esprit. Cet héritage culturel lui donna assez d'audace et d'assurance pour écrire des chansons très originales pour l'époque. De plus, il était homosexuel et certaines de ses chansons ont un sens caché passionnant. Pourtant, il eut un énorme succès en France."

Le fantastique essor du jazz américain des années 20 a provoqué une révolution culturelle mondiale comparable à la naissance du psychédélisme cinquante ans plus tard. Toutes les scènes du monde se sont goulument approprié le jazz pour l'intégrer à leur style de musique particulier, et la France ne fit pas exception.

"Les chansons françaises de Music Hall d'avant les années 1925 avaient très souvent des rythmes de marche militaire ou de valse sentimentale. Elles n'étaient certes pas dénuées d'impertinence ni de profondeur, mais s'inscrivaient dans une continuité de style avec la fin du dix-neuvième siècle. Et puis il y eut la Première Guerre Mondiale qui détruisit tout sur son passage, mais qui, en se retirant, laissa à Paris tous ces musiciens afro-américains qui firent évoluer la chanson française. C'est à partir de ce moment que l'on commence à trouver en France un style de musique hybride, qui mélange l'intelligence et la fantaisie de la chanson française à l'énergie débordante du jeune jazz américain."

L'amour que les Lapins portaient à Trenet les a menés à redécouvrir des artistes moins connus tels que Mireille, Jean Nohain et leur groupe d'écrivains. Comme Trenet, Mireille était associée à l'avant-garde de l'époque –son mari Emmanuel Berl, parent de Marcel Proust, était journaliste et essayiste en philosophie politique. Mireille abandonna une carrière de pianiste classique pour écrire et chanter de sa voix de fausset pleine d'ironie des chansons inspirées par la musique de Cole Porter.

"On trouve dans les chansons de Mireille, Nohain et Trenet des détails que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, dit Kurt. "Ce Petit Chemin" de Mireille et Nohain parle d'une partie de jambes en l'air dans les bois, mais à la fin de la chanson, on a rencontré des cantonniers, des lapins qui parlent, et les amants ont la figure "barbouillée de mûre". Musicalement, conceptuellement et poétiquement, la chanson n'a pas d'équivalent. On a vraiment l'impression que des esprits d'une grande lucidité s'aventurent là où personne n'a encore osé aller.

A la manière de leurs modèles français, Les Chauds Lapins emmènent leur musique hors des sentiers battus. Leurs arrangements ne correspondent à aucun espace-temps. En mélangeant le son Americana décalé des banjos-ukulélés à la souplesse narrative du trio à cordes, ils restent fidèles à l'esprit inventif des chansons originales tout en échappant au cliché passéiste, et leur donnent un nouvel éclat.

Avec "Amourettes", leur nouvel album, Les Chauds Lapins rendent un hommage passionné à la musique dont ils se sentent si proches.
Les passions humaines nous semblent invraisemblables et pourtant elles sont bien réelles: ce sont elles qui nous poussent à embrasser, enlacer, déshabiller, et faire mille autres choses plus ou moins recommandables. Et c'est précisément ce qui a charmé Les Chauds Lapins dans ces fabuleuses chansons. Elles sont au sommet d'une tradition de composition musicale désinvolte, extravagante et ô combien contagieuse qui est née dans les théâtres, cabarets et music halls de la France des années 20, 30 et 40.

 


For more information on Les Chauds Lapins, contact:
info@leschaudslapins.com

 

``